Mentions légales
10 millions de véhicules arrivent en fin de vie chaque année en Europe. Les nouveaux objectifs européens imposent la valorisation de 95% de leur masse d'ici à 2015.
............................................................................................................
Les 400 centres VHU (Véhicules hors d’usage) agréés animés par INDRA mettent leur expérience, leur rigueur et leur savoir-faire au service du recyclage des VHU. Afin d’assurer la réussite de cette filière en pleine mutation, INDRA organise et industrialise les process de déconstruction.
Dans cette optique, la branche Re-Source Engineering Solutions propose
des activités de conseil, de Recherche & Développement et des progiciels informatiques dédiés au recyclage automobile.
Métaux

Aujourd’hui l’acier représente 70 % de la masse des véhicules en fin de vie (VHU).

Métaux ferreux

Composants essentiels de l’acier, les métaux ferreux sont à l’origine de 63% de la masse des VHU. Après avoir fait l’objet de plusieurs opérations de pré-traitement, tri magnétique, broyage, compactage… ces métaux ferreux sont valorisés en quasi-intégralité par les usines sidérurgiques et les fonderies de fonte et d’acier.

Métaux non ferreux

Les 7% de métaux restant sont principalement composés de cuivre et d’aluminium pour lesquels des filières de recyclage existent. Une fois séparés des matières les recouvrant, les métaux contenus dans les câbles et faisceaux électriques sont recyclés. Le cuivre et l’aluminium qui entrent ainsi dans la fabrication de nouveaux câbles sont à 99,9% aussi purs que ces mêmes matières vierges.

Plastiques (thermoplastiques, thermodurs, mousses...)

Ces plastiques complexes issus de l’industrie pétrochimique occupent une place croissante dans la construction automobile. En conséquence, de nouvelles filières de recyclage se sont développées, comme celle des propylènes (thermoplastiques les plus utilisés dans l’automobile), en pleine croissance.

Toutefois toutes les matières plastiques ne sont pas recyclées en fin de vie du fait principalement de deux problématiques :

  • Technique : il est complexe d’isoler et d’extraire des matières de qualité lorsqu’elles ont été préalablement mélangées ou intimement liées (collage…)
  • Economique : les coûts de séparation de certaines matières nécessitent l’intervention d’une main d’œuvre ou de procédés technologiques dont les coûts sont supérieurs à celui de la matière première.

Néanmoins, la raréfaction des ressources pétrolières impose de se tourner vers ces nouveaux procédés de recyclage et de valoriser nos déchets en tant que futures matières premières.

Dans cette perspective, de nombreux projets collaboratifs de recyclage ont vu le jour, comme Pareo (recyclage pièces plastiques VHU à base polyamide) ou Valtex (projet de recherche afin de développer une filière rentable de récupération et de recyclage des textiles des VHU et des vêtements professionnels).

Pneumatiques

Le recyclage et la valorisation des pneumatiques sont opérationnels, sous forme respectivement de poudrettes utilisées notamment dans la fabrication de sols souples et en tant que combustibles de substitution notamment dans les cimenteries.
Notons également que les joints «caoutchoucs» (étanchéité, …) pourraient également être recyclés ou valorisés de cette façon.

Verres

Les verres présents dans l'automobile sont de 3 natures:

  • verres plats du vitrage latéral,
  • verres feuilletés collés du pare-brise (film plastique entre 2 couches de verre),
  • verres équipés de système de désembuage et/ou collés(lunette arrière par exemple).

Ces différentes catégories ne présentent pas les mêmes difficultés techniques de recyclage ou valorisation. Toutefois, les procédés de séparation du verre qui ont évolué permettent aujourd'hui de produire une matière apte à être utilisée dans l'isolation thermique notamment.

Des travaux visant à réutiliser cette matière dans l'élaboration de verres automobiles sont en cours (projet collaboratif VALVER, ...).